Accueil / Soins et Santé / La P.I.F
 

La P.I.F

La PIF, ou péritonite infectieuse féline, est une maladie liée à la mutation d'un coronavirus.

Le coronavirus félin est très répandu dans la population féline, et entraine le plus souvent des troubles digestifs bénins. La majorité des chats atteints par ce coronavirus seront transitoirement excréteurs, puis élimineront naturellement ce virus. D'autres seront éxcréteurs permanents, et certains contracteront une PIF.
Anodin au premier regard, ce coronavirus est susceptoble de provoquer la PIF, maladie mortelle sans traitement connu à ce jour, et ceci en raison d'une mutation du coronavirus d'origine.

Plus la concentration de chat dans un milieu est importante et plus le virus est présent, et plus les chats risquent de ne plus éliminer le virus mais d'être des excreteurs permanents.

 

Transmission du virus

Le virus se transmet très facilement et principalement par les féces. Il est très probablement non sécrété dans la salive et dans l'urine. La principale cause de contamination est donc le partage du bac à litière.
La contamination indirecte est très rare car le virus est très peu résistant dans le milieu éxtérieur.

Un chat contaminé excrètera le virus quelques jours après l'infection.
Certaints chats seront résistants et n'excrèteront jamais le virus, environ 15% ecrèteront en permanence et la majorité n'éxcrètera que de façon temporaire.

75% des chats n'excrètent plus le virus aptrès 3 mois et 95% après 9 mois.

Une grande partie des chats élimine le virus sans présenter de symptômes. Certains chats restent porteurs asymptomatiques et possèdent un taux d'anticorps anti coronavirus félin positif.

Certains chats présentants une sensibilité particulière,  develloperont la PIF après mutation du coronavirus en FIPV. Le délai entre l'inféction par le coronavirus et la déclaration de la PIF est très variable. Quant à l'intervalle entre la mutation du coronavirus et les premiers symptômes de la maladie, il pourrait être de quelques semaines à deux ans en fonction des conditions immunitaires du chat.

 

Le diagnostic

Le diagnostic de PIF est extrèmement difficile, voir impossible à établir car aucun test ne permet d'affirmer que le chat malade est atteint de cette maladie. Cependant le chat atteint de PIF voit son état se dégrader très rapidement et son éspérance de vie est de quelques mois une fois la maladie découverte...

Le diagnostic est d'autant plus complexe que les symptômes sont communs à de nombreuses autres maladies.
La pluspart du temps les symptômes concernent l'appareil respiratoire et l'intestin, avec présence de diarrhées, vomissement, perte de poids et retard de croissance.

Le diagnostic définitif ne peut être fait qu'à l'autopsie. Certains labo proposent des analyses de biopsie de lésion pyogranulomateuse apparente. Le diagnostic de PIF n'est positif que dans moins de 20% des cas !!!! ALORS QUE DANS LA MAJORITE DES CAS LES CHATS SUSPECTES DE PIF SONT EUTHANASIES !!!!

Donc il est indispensable de ne pas prendre de décision trop rapide mais de bien étudier le problème, effectuer les tests qui seront appropriés et ne jamais se contenter des PCR...

La PIF peut se présenter sous deux formes, la forme humide et la forme sèche.

La forme humide

concerne 30% des cas supposés de PIF. La mauvaise imperméabilité des vaisseaux sanguins entrainent un épanchement dans le thorax et l'abdomen. Cet épenchement est en général jaune citrin. On observe une fonte musculaire importante, ainsi que d'autres symptômes en fonction des organes atteints par la maladie.
On retrouve un taux élevé d'anticoprs anti FIPV.

La forme sèche

présente des symptômes variables en fonction de la localisation des granulomes qui entravent le fonctionnement des organes concernés. Il peut être constaté des problèmes respiratoires, réneaux, digestifs etc.
On retrouve des lésions oculaires et du système nerveux.

 

Déclaration de la PIF

L'immunité

Locale

L'immunité au niveau de la muqueuse d'entrée du virus permettrait de protéger contre la FIPV. Ce principe est employé dans la confection de vaccin.

Cellulaire

L'immunité cellulaire semble être prédominante dans l'evolution de la maladie. Si la réponse immunitaire est suffisante, le virus se develloppe plus lentement et a maladie n'apparait pas. Le virus est éliminé ou persister dans le système lymphatique et resurgir plus tard.

Si la réponse est mauvaise, le virus se develloppe rapidement et la réponse immunitaire ne permat pas de lutter contre l'infection. Le chat devvellopera une PIF sèche si la réponse cellulaire et moyenne et la réponse humorale faible.

Humorale
La réponse immunitaire humorale va déterminé le type de PIF. Si la réponse cellulaire est faible, l'immunité humorale sera plus conséquente est entraine des lésions inflammatoires responsables de la PIF humide.

Facteurs extrinsèques

Plus la concentration de chats est importante plus la transmission et la contamination permanente sera observée. (éxcréteurs chroniques etc)

Le stress aurait également un rôle prédominant dans la déclaration de la PIF. (changement d'habitat, densité de chats, chirurgie, mise bas etc)

Des chats atteints de leucose ou de FIV présentent un risque plus élevé de develloper une PIF en raison de la baisse de réponse immunitaire

 

Les Tests

Test d'anticorps

Il est très important de réaliser des tests fiables et adéquats tel que le test d'anticorps par immunofluorescence.

Ce test permet d'aider le diagnstic de la PIF car la pluspart des PIF sont concernées par des taux d'anticorps très élevés, et à contrario un test négatif peut quasiment infirmer le diagnoqtic de PIF.

Par contre il n'est pas possible de distinguer le virus habituel du virus muté ayant déclenché la PIF car il n'y'a aucune distinction génétique ou séréologique connue à ce jour.

Le test permet de connaitre le taux d'anticorps d'un chat sain, et de le comparer à de futurs tests, afin de connaitre l'évolution chez un chat suscéptible d'être excréteur.

Il est également possible d'effectuer des tests sur l'ensemble des chats d'une chatterie, sur plusieurs mois, et de les classer chats excréteurs/ chats non excréteurs, afin de tenter d'eliminer progressivement le virus.

Test PCR

Il s'avère moins utile que le test d'anticorps, car pour être certain qu'un chat a éliminé le virus il faut 5resultats mensuels négatif, alors que'un seul test d'anticorps, en dessous d'un certain résultat, permet de confirmer l'absence du virus.

La présence du virus ne veut pas dire que le chat est atteint de PIF, mais que le chat excrète le virus. de même le virus n'etant pas éxcrété en permanence, le test peut être négatif un jour et positif le lendemain, d'où la nécéssité d'avoir 5 tests mensuels négatifs pour affirmer que le chat n'excrète plus le virus.


La prévention

Il n'existe aucun vaccin, aucun traitement, la prévention est donc la seule façon de préserver les chats de cette maladie est de contrôler l'apparition et le devellopeement du virus dans le milieu de vie.
La première démarche consiste à connaitre le niveau d'éxcrétion de chaque chat. (attention aux tests, la PCR ne suffit pas, il est indispensable d'effecuter un test d'anticorps au coronavirus qui soit fiable, comme le test par immunofluorescence fait à l'université de Glasgow)

Il faut impérativement retirer les selles le plus rapidement possible des litières. Evitez de placer les litières près des gamelles afin d'évter tout dépot de féces dans l'alimentation.

Dans la nature le virus peut survivre quelques heures à quelques jours, mais dans les maisons,chatteries etc, il peut survivre jusqu'à 15 jours... d'où l'importance de maintenir une hygiène éxemplaire ds bacs à litière.

Pour éliminer le virus, il faut séparer les chats qui ne sont plus éxcréteurs des autres, afin d'enrayer la contamination. Pour des populations superieures à 10 chats, le virus ne s'élimine pas natuerellement car les chats ne cessent de se contaminer.

 

Conduite à tenir

Comme il a déjà été dit il convient de nettoyer et desinfecter quotidiennement les litières,

Le suivi des niveaux d'éxcrétion de chaque chats est important si l'on désire éliminer le virus du milieu.

L'introduction de nouveaux individus doit faire l'objet d'un contrôle rigoureux.

Certains parlent de séparer les chatons des mères précocement mais cela nuit à la sociabilisation des chatons.

Pour éviter l'apparition de la PIF chez un chat infécté, il est important de minimiser le stress, optimiser sa nutrition et ses apports en antioxydant.

 

Traitement de la PIF

Je ne m'etendrai pas sur le traitement de la PIF.
Ce qui est certain c'est que l'issu de cette maladie est malheureusement le décès rapide... Un chat qui ne serait pas décédé 6 mois après avoir eu un diagnostic de PIF, n'a certainement pas la PIF! Et c'est ce point qu'il est important de rappeler : le diagnostic de PIF ne peut être certain à 100% et trop de chats sont euthanasiés sur de mauvais diagnostic. Il est donc recommandé de ne pas agir dans la précipitation et de se tourner vers des spécialistes car c'est une maladie encore mal connue et de ce fait, mal diagnostiquée.

Le traitement passe généralement par

  • des immusosupresseurs afin de protéger le chats d'autres infections.
  • l'intereferon oméga (il aurait conduit à la guerison de certains chats atteints de PIF, pour autant que le diagnoqtic ai été le bon) et alpha
  • des vitamines et anti oxydants
  • d'autres traitements de soutien en fonction des organes touchés par la maladie.

Des résultats prometteurs dans certaines recherches nous donnent un espoir. Actuellement on arriverait à soigner certains chats atteints de PIF, donc à suivre...

En terme de vaccin rien n'a été concluant jusqu'à présent.
L'élaboration d'un vaccin est très complexe car il faudrait sensibiliser la réponse immunitaire cellulaire sans favoriser la réponse humorale. De plus le phénomène de "antibody dependant enhancement" entraine une sensibilisation et un devellopement rapide de la maladie après injection du vaccin.

La recherche est prometteuse, mais le combat est encore loin d'être gagné.

Je consulte régulièrement le net pour avoir les récentes évolutions, et j'éssaie également d'entrer en contact avec le Dr Addie, vétérinaire spécialisé dans la PIF, dont les projets sont très intéréssants en matière de recherche.

 

biblio et photos à venir...